Si_j__etait_president.jpg

Après Casse toi pov'con, voilà le deuxième jeu du duo magique - Ludovic Maublanc pour le jeu et Martin Vidberg pour les illustrations - Si j'étais Président... vous place dans la peau du Président fraichement élu, qui doit composer son gouvernement.

Pour cela, vous devrez faire appel à des "Peoples", qui occuperont les ministères les plus importants : Intérieur, Affaires étrangères, Économie, Éducation Nationale, Culture et Sport. Pour chaque poste, il faudra essayer de nommer les personnalités les plus compétentes, pour gagner plus de points de popularité que les autres joueurs (qui comme vous le savez, sont de piètres Présidents)

Le système de jeu est ultra simple : on distribue 7 cartes à chaque joueur (cartes qui représentent les fameux "pipoles"). On sélectionne une carte que l'on pose face caché devant soi (c'est le premier membre de son gouvernement), puis on fait passer les cartes restantes à son voisin de gauche. On récupère les cartes de son voisin de droite, on en choisit une, et ainsi de suite. Lorsque l'on reçoit les deux dernières cartes, on en garde une, et l'autre est défaussée au centre de la table.

On n'a plus alors qu'à comparer la valeur de chaque gouvernement, à attribuer les points de victoire, et à recommencer. A la fin de la troisième manche, le joueur avec le plus de points gagne la partie !

Bien sur, il y a quelques finesses : chacune des trois manches se joue avec des règles de comptage légèrement différentes : bonus pour les femmes au gouvernement, règles de cohabitation, rigueur, malus différents selon les ministères manquants...

Si vous aviez aimé Casse toi pauv'con des mêmes auteurs, vous pouvez l'acheter les yeux fermés.

Si vous n'avez pas aimé Casse toi pauv'con, vous pouvez l'acheter les yeux fermés.

Si vous ne connaissez pas Casse toi pauv'con, vous pouvez l'acheter les yeux fermés.

En bref, un formidable petit jeu d'apéro futé comme tout, bourré d'illustrations drôles et réussies, avec lequel vous passerez plein de bon moments

Gouvernement.jpgUn exemple de gouvernement : on remarquera que Celine est "biclassée". Elle peut choisir entre deux ministères, mais pas les deux.